... En attendant je ne peux que vous conseiller la lecture de son nouveau billet sur son carnet périphérique.
"La fonction d’élu se confond de plus en plus avec celle de négrier, ou de maquereau: elle consiste à mettre à la disposition des employeurs, pour un coût insignifiant, un réservoir de main d’œuvre docile et malléable, accablée de devoirs et privée de tout droit. Avec une différence notable et singulière: en accordant aux entreprises des subventions publiques astronomiques pour des embauches qui ne viennent jamais ou repartent très vite, ces maquereaux-là sont prêts à payer le client pour qu’il monte.

[...]

Devant ce qu’on est en train de faire de nos vies, on devrait tous être dans la rue, salariés et chômeurs confondus. Pourquoi n’y est-on pas? L’une des réponses possibles, c’est peut-être cette confusion naïve qui nous fait croire qu’en se crevant au boulot – n’importe quel boulot – pour enrichir un patron, on trouve une «utilité sociale», alors qu’on peut très bien, au contraire, se retrouver partie prenante d’une activité économique nuisible à la société; c’est peut-être, surtout, ce dolorisme persistant qui nous persuade qu’il nous faut nous sacrifier pour mériter l’estime et le respect tant de nous-mêmes que de nos semblables. Profitez de la vie, faites ce qui vous plaît, ménagez-vous, dormez beaucoup, soyez heureux: même si votre bien-être ne nuit objectivement à personne, même s’il n’y a aucun lien de cause à effet entre lui et la souffrance des autres (c’est à peine si notre réprobation fait la différence entre un ex-PDG de Carrefour qui se carapate avec 38 millions d’euros et un chômeur qui fait la grasse matinée!), vous serez sur la sellette, aux yeux des autres et aussi, probablement, à vos propres yeux. On vous reprochera vivement, ou vous vous reprocherez vous-même, l’indécence de votre mode de vie, alors que, pendant ce temps, d’autres suent sang et eau; on vous accusera, ou vous vous accuserez, d’être déconnecté de la réalité… "


Saviez-vous que les Binam vous permettaient de lire le "Droit à la paresse" en ligne? Ben maintenant vous ne pourrez plus dire que vous ne saviez pas...
"Une étrange folie possède les classes ouvrières des nations où règne la civilisation capitaliste. Cette folie traîne à sa suite des misères individuelles et sociales qui, depuis des siècles, torturent la triste humanité. Cette folie est l'amour du travail, la passion moribonde du travail, poussée jusqu'à l'épuisement des forces vitales de l'individu et de sa progéniture. Au lieu de réagir contre cette aberration mentale, les prêtres, les économistes, les moralistes, ont sacro-sanctifié le travail. Hommes aveugles et bornés, ils ont voulu être plus sages que leur Dieu; hommes faibles et méprisables, ils ont voulu réhabiliter ce que leur Dieu avait maudit. Moi, qui ne professe d'être chrétien, économe et moral, j'en appelle de leur jugement à celui de leur Dieu; des prédications de leur morale religieuse, économique, libre penseuse, aux épouvantables conséquences du travail dans la société capitaliste."
Et dire que ce texte a plus d'un siècle..

Tags :