Une fois n'est pas coutume, il n'y aura pas de podcast de la première partie de l'émission. Je l'avais placée sous le signe de la paresse, il n'y a donc pas d'incompatibilité à ça. La pseudo chronique sur les Bimbo Killer ne faisait que commenter rapidement celle de Pierre Etbunk dans le dernier CQFD. Alors que le camarade du chien rouge déclare "le gang officie dans un style unique : le bloody punk'n'roll", moi j'entre en rupture grave, n'hésitant pas à donner du concept à mon tour en définissant leur zique d'"hemo-punk". Ca veut dire exactement la même chose, mais moi j'y ajoute un calembour minable. et quand on a du vampire dans le folklore, ça compte, les trucs en sus. Bon, je vais pas m'attarder (comme disait Pascal Duquenne dans le huitième jour), je pense que je ferai une chronique sur ce CD d'un genre bien particulier (et super mal foutu, le livret fait plus d'un demi-kilo et mesure 17 centimètres sur 24! c'est n'importe quoi!) d'ici deux ou trois ans, le temps de lire les paroles. Et sinon, je tiens à confirmer que le morceau intitulé "le bayou" (en hommage à françois bayou) (ou pas) est bien à classer dans la catégorie "prise de tronche incoercible", que quand t'écoutes ça le matin dans ta caisse, c'est jusqu'au soir que tu chantonnes "wap wap wap pou pa le bayou". Et franchement, parfois, t'as l'air vraiment con. (bimbo killers, salauds).
Quant à la chronique "anti-myspace", je vais la retoucher et elle viendra inaugurer une série épisodique de billets consacrés à la pseudo-gratuité, la pub, le diy, etc.. histoire de compléter le manifeste et de taper le bout de gras sur le sujet.

Et maintenant, que vais-je faire? Vous donner les résultats du (wap wap wap pou pa le bayou) blind test spécial reprises. Tout cela s'est fort bien déroulé, et je tiens à dire que les concurrent se sont montrés d'un fair-play sans faille (allant jusqu'à s'interdire l'accusation de "magouiiiille" en l'absence de Jul, qui en est le détenteur exclusif des droits) (wap wap wap pou pa le bayou). Quelques titres ont toutefois donné lieu à controverse. Il semble effectivement que Tainted Love fût chanté en premier par Gloria Jones, et non soft-cell. On s'en fout un peu, mais c'est important (même si on s'en fout un peu) que cette vérité historique soit rétablie (même si on s'en fout un peu) (wap wap wap pou pa le bayou). Un autre point d'achoppement eut lieu sur une reprise des Eagles : ce con de winamp (car winamp est un con) n'affichait pas le titre ni l'auteur. Bon, pour le titre ok, mais pour l'auteur de la reprise, dans les tags j'avais DaddyZ. Potatoes soutenait mordicus qu'il s'agit d'un reprise de Nofx (du early one, passque la prod c'est pas exactement ce qu'on est habitué à entendre). Bref, je sais plus trop ce qu'on a décidé (et pourtant c'était moi l'arbitre, mais bon, errare humanus wap wap le bayou).. toujours est-il qu'au final, si j'avais regardé le titre du mp3 au lieu de mater les tags, j'aurais vu qu'il s'agissait tout connement des "me first and the gimme gimmes".

Au final, et comme l'atteste la feuille de match ci-dessous...


...c'est Paria le number ouane (bien qu'il soit arrivé avec une demi-heure de retard!) (bravo l'artiste wap wap wap pou pa le bayou). Suivi de Raf, et de Potatoes. Bravo les gars !




Si tu veux bien pourrir ta journée, clique ci-dessous (et deviens un vrai zombie)...




Tags : ,