Soyons clairs ("être une looze n'empêche pas d'être clair", proverbe de notaire), ce n'est pas parce que j'ai réussi à rater Orléans (ça positive ça, non? "j'ai réussi à rater".. ça fleure bon son oxymore, mais en même temps ya la notion de réussite, et c'était pas simple à caser dans l'affaire) et le concert astrolabesque des Brigitte Bop (j'aurais pu dire "le concert brigittebopesque à l'Astrolabe" mais je trouvais la locution encore plus nulle que l'autre), que je vais pas vous envoyer quelques vidéos inédites en travers des mirettes. Les plus oeil-de-lynxeux d'entre vous (ah oui, la fête du néologisme perrave) (si si ça tombe un 27 novembre) auront remarqué que j'ai mis sur YouTeub quelques ouidéos du Mondo Bizarro. Elle était sympa cette soirée à Rennes (petite précision, faire une soirée "à Rennes" ne signifie pas qu'on va assister à une corrida) ( c'est important de le signaler) (nan c'est pas la fête du jeu de mot pourri, c'est le blog du jeu de mot pourri). C'est sympa Rennes, by night, surtout au sud, là où t'as rien à y foutre parce que le Mondo il est au nord. Sens de l'orientation un jour, sens de l'orientation toujours. J'ai quand même fini par rejoindre le bar. (Là j'avais prévu de commencer la phrase suivante par "une fois le bar atteint", mais Desproges l'a faite avant moi). Bon, là c'était un peu le rendez-vous de la hype, avec Melvin, Cha, Known, Giole, Zerick (en grande forme), et Starsky qui filmait tout le monde (je me demande d'ailleurs si, pendant que j'admirait les ruelles des quartiers sud rennais, y'avait pas les Bimbo Killers en toute première partie). J'ai débarqué (on est pas en normandie, ça prète pas à confusion) en plein dans le set des Gilbert et ses problèmes. Et franchement je fus bien content de les revoir.

Gilbert et ses problèmes c'est un peu les survivants de la vague skacore (kargols, skunk...) à la française (les voodoo glow skull, qui ont inspiré tant de groupes, continuent pépères). C'est vraiment un style que j'affectionne tout particulièrement, et même si les Gilbert ne sont pas les représentant les plus légers du grand sud, leurs textes ne sont pas toujours tissés dans du fil d'une grande finesse (bon là je pense surtout à des morceaux comme "tuez le borgne" ou "viva la muerte"), il ya quand même quelques petits bijoux qui sont de puissants vecteurs d'agréabilité à mes oreilles. Comme par exemple ce "Jeu de l'oie"..

 

Et ensuite, vinrent sur scène, nos twist punkers favoris. Un set brillant comme à l'accoutumée (avec toujours ce petit reproche en coin de délaisser trop rapidement leurs meilleurs tubes au profit de nouvelles compos que le public découvre in situ, et que donc, forcément, il ne connaît pas). Gob s'époumone (en montrant du doigt), Charles pose, Bastos harangue, Yann faut pas le faire chier, et Lolux peinarde (mais en cadence) derrière ses fûts. Que du bonheur. Ce qui était des nouvelles compos sont désormais gravées sur le sol scintillant de la grande Autoroute du punk. Et parmi elles, un "mayday mayday" pas vraiment twist, mais bien puissant. Enjoy les nonoeils !


-la vidéo sur YouTeub-




Edit du 28/11/07. Afin d'illustrer ce succulent billet, ou tout au moins la partie concernant eul skacore, je viens de rajouter à la playlist radiokipu trois petits morceaux (oui seulement trois, je vais pas non plus pourrir l'ecclectisme de la programmation par une surpondération skacoreuse, quand bien même serait elle justifiée par la judicieuse exemplification d'un compte-rendu à l'arrière-goût nostalgique) (voyez-vous). Il ya donc du Kargol's (Surfin Kargolade, morceau qu'à ma connaissance on ne trouve que sur la compil la liberté est ailleurs), du Skunk (CFP2T), et du Voodoo Glow Skull (Voodoo Anthem, "Ren-dez-voodoo! who do voo doo we doo, fuck you!!"). Enjoyez les noreilles.

Tags : ,