LEBOBLOG

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

vendredi 30 mai 2008

C'est ce week-end

Rapidemment, pour ne pas que vous oubliez ces deux évènements majeurs..

- Festival F*** ME I'm Fucking Dead !

Dernier concert des Bimbo Killers, avec les Medef en vedettes toulousaines, et un atelier sérigraphie en guise d'entrée en matière.
Tout se passe à Burnes sur Yvette, à partir de 15h (19h30 pour les concerts).

- Le Salon du Livre Libertaire.

Histoire de claquer sa fortune en alimentant sa culture et le complot mondial alternatif qui emportera le capitalisme et réduira l'exploitation humaine à néant. Viendez sur le stand Libertalia, y'a Nono le hool's qui dessine des bites.

Dixit.

"Et bien, résultat des courses : sur trois containers qui rentrent en France, il y en a deux qui rentrent par l'étranger ! Est-ce que c'est normal ?" (Nicolas Sarkozy, premier clown de France, cité par Le Canard)
Et le troisième il doit probablement venir de l'espace...

jeudi 29 mai 2008

Grève générale !

En général je suis pas super fan du cri primaire... mais parfois ça fait quand même achement du bien ; ça remotive les troupes.
C'est basé sur le dernier tube de la Compagnie Jolie-Môme, un clip réalisé par un camarade de la kneut ch'ti (et sans dany boune dedans, profite). Spéciale dédicace aux potos qui occupent le Charlie Birdy et le Pasta Papa.



mardi 27 mai 2008

Palme d'or pour Bégaudeau

Spécial cassdédi


jeudi 15 mai 2008

Etats Généraux pour le pluralisme, samedi 17 mai

Samedi qui vient, si vous n'êtes pas à Dijon pour les 20 ans de Maloka, viendez faire un tour à la seconde session des Etats Généraux pour le pluralisme.

« L’INFORMATION, C’EST NOTRE AFFAIRE »

Deuxième session des Etats généraux pour le pluralisme

- Samedi 17 mai 2008, de 9h30 à 18h.

- Bourse du travail de Paris, 3 rue du Château d’eau 75010 Paris

A l’appel de nombreuses associations, syndicats et médias associatifs (et avec le soutien de plusieurs forces politiques), les Etats généraux pour le pluralisme tiendront une deuxième session le 17 mai 2008 à la Bourse du travail de Paris, sur le thème : « L’information, c’est notre affaire ».

L’appel à la tenue de cette session déclare : « À Sarkoland, le pouvoir politique et le pouvoir médiatique se tiennent par la main. Rarement, depuis des décennies, l’interdépendance entre le premier, administré nationalement pas un chef de clan, et le second, détenu par une oligarchie de plus en plus concentrée, a atteint un tel degré. […] Le droit à l’information - le droit d’informer et le droit d’être informés – ne doit pas être simplement proclamé : il doit être garanti (comme tous les droits sociaux aujourd’hui menacés par la conjugaison du libéralisme économique et de l’autoritarisme politique) […] »

La matinée du 17 mai sera dédiée à des débats sur le droit à l’information. Comment informer par tous les moyens, contre toutes les censures, dans tous les domaines ? L’après midi du 17 mai sera l’occasion de l’affirmer : « « Le service public, c’est notre affaire ». Comment préserver et développer le service public de l’audiovisuel ? Comment constituer un pôle public et associatif des médias sans but lucratif ?

 

L'inscription mentionnée sur le site d'Acrimed n'a rien d'obligatoire, de même que les 5 euros, c'est pour ceux qui peuvent... Comme l'actu sociale est bien chargée, ils redoutent une fable participation, donc si vous hésitez à bouger vos fesses, dites-vous que ça peut pas leur faire de mal de se dandiner jusqu'à la bourse du travail (c'est à côté de République).

See you samedi !

mardi 13 mai 2008

Hors-Série Wock'n'Folk / Jello Biafra

Le dernier hors-série de Rock'n'Folk s'intitule "L'impossible révolution ". En mai 2008 c'est original. Révolutionnaire quoi. Bon allez ne boudons pas notre plaisir par un faux cynisme de mauvais aloi ; ce numéro n'est pas l'encyclopédie définitive du rock révolutionnaire, mais un bon moment de lecture au contenu fortement instructif.
Comme l'article de Nicolas Ungemuth, "le rock est-il de droite?", qui commence ainsi "James Brown votait Nixon, Johnny Ramone vénérait Reagan". Ca se gâte ensuite quand il embraye avec Johnny et Carla Bruni, "Fan des Clash" (il a oublié David Martinon, fan de Trust). Mais finalement, la théorie du gars, on s'en tamponne la gauche et la droite ; lui même tire à la ligne en ressassant les mêmes vieilles questions "être de gauche ça veut dire quoi?", "franchement le rock de droite c'est un concept vaseux". "Motörhead ferait-il du rock de droite au motif que le poireau humain Lemmy affirme depuis trente ans qu'Adolf était un grand stratège? Miossec fait-il de la chanson de droite parce qu'il adore lire les Hussards? allons, allons". Oui voila.. "allons, allons". Hé, hé. Allons, disons-le clairement, c'est pas dans le concept qu'on va se rassasier à la lecture de l'article, mais bel et bien dans la dénonce. Que l'auteur en tire la conclusion qu'il veut, on s'en fiche un peu (beaucoup) l'important c'est de savoir qu'Axl Rose "conspuait dans un même chanson "tarlouzes, juifs et négros" responsables comme le veut la tradition de tous les maux du monde". Moi perso, je ne savais pas que "en avril 1976, Bowie se fait confisquer par la douane une valise entière de littérature nazie" (il dira : "je crois que la Grande-Bretagne gagnerait à avoir un leader fasciste"). Je ne savais pas non plus qu'Eric Clapton "avait déclaré durant un concert à Birmingham : “je pense qu'Enoch Powell a raison. Il faut les renvoyer chez eux. Dégageons les moricauds, gardons une Angleterre blanche”".
Bon sinon le reste de l'article fait le tour de l'arrivée du RAC, du death folk et autres conneries de bazar, insistant surtout sur la débilité et l'inconsistance des groupes. Mais rien sur les Clash vendus à Levi's ou Iggy Pop vendu à SFR. Après tout peu importe la lessive qu'on va vendre, l'essentiel c'est de rester rebelle. Sûrement...


Mais l'article le plus passionnant (oui ne le cachons pas), c'est le portrait croisé de Franck Zappa et Jello Biafra. Je suis vraiment très peu porté sur le fanatimz, mais s'il y a bien une personne que je place au-dessus, très au-dessus, du lot, c'est Jello Biafra. Et ce double portrait ne fait que me conforter dans cette opinion. Autant l'auteur, Pacôme Thiellement, envoie quelques scuds dans l'hagiographie de Zappa, autant celle de Biafra semble absolument inattaquable. "[...]le “conservatisme pragmatique” de Zappa préconisé en matière économique (moins de gouvernement, moins d'intervention de l'Etat dans la vie de tous les jours, moins d'impôts), est assez loin du radicalisme anarcho-syndicaliste de Biafra et son extraordinaire projet de “Maximum Wage” : n'imposer que les grandes fortunes (personne au-dessous de 200 000 dollars par an) et assurer, avec cette somme, la gratuité des soins médicaux, de l'éducation et des transports publics."
La biographie de Biafra, rappelée dans l'article est impressionnante, "en 1983 ils sont la tête d'affiche du festival Rock against Reagan", en 1986, Jello est "instruit en justice pour la publication du poster Landscape #20 inséré dans l'album "Frankenchrist" : un paysage composé de pénis en érection pénétrant des cuisses consentantes dessiné par Hans Ruedi Giger".
Je vous en livre toute une partie in extenso

"A la différence de Zappa, Biafra n'a pas attendu le PMRC pour basculer dans la politique proprement dite. Il est candidat à la mairie de San Francisco dès 1979. Parmi ses projets, celui d'obliger les businessmen à porter des déguisements de clown dans leur travail et l'installation de statues de Dan White dans toute la ville (criminel homophobe pour lequel la défense inventa une plaidoirie inouïe baptisée Twinkie Defense, basée sur l'influence de la junk food sur son comportement, et qui s'en tira avec cinq arcs de prison pour homicide volontaire, malgré l'évident préméditation de ses assassinats)... Mais aussi, plus sérieusement, la légalisation du squat dans les immeubles désaffectés, le bannissement des voitures et l'élection par les citoyen des policiers de leur quartier. Biafra n'obtient que 3, 5 % des suffrages mais ne cesse pour autant son activisme et, en 2000, le Green Party lui propose de se présenter à l'investiture pour la présidentielle. Son candidat pour la vice-présidence est Mumia Abu-Jamal, qui attendait et attend toujours son exécution dans un pénitencier de Pennsylvanie. Parmi les idées contenues dans son programme , en dehors du MaximumWage, on peut noter l'abolition de la CIA, de la NSA et la destruction progressive du FBI, l'utilisation du budget de la Défense pour la reconstruction des villes et la destruction de toutes les armes nucléaires et des satellites, la dépénalisation de toutes les drogues, les drogues dures étant désormais considérées comme des maladies et non des crimes, enfin une éducation sexuelle correcte en classe, avec apprentissage de la masturbation. "Ces enjeux ne sont pas ceux de la gauche contre ceux Je la droite ce sont ceux du haut contre ceux du bas, expliquera Biafra et le fait que tout le monde puisse manger à sa faim devrait être l'enjeu numéro 1 de tous." Biafra arrive second derrière Ralph Nader.
Comme Zappa, Biafra ne supporte pas que la politique se fasse en pleurnichant. Les sarcasmes et l'ironie rythment ses chansons ,toutes absolument politiques. En témoigne un des premiers titres des Dead Kennedys, l'extraordinaire "Kill The poor" digne de Swift et de Bloy, ou le très direct "Let's Lynch The Landlord'' : vraie déclaration de guerre anarchiste. Biafra n'épargne pas sa génération ni son milieu. Il est aussi violent avec les punks que Zappa avec les hippies, et il conspue avec une hargne mordante leurs compromissions comme leur fermeture d'esprit, quand ce n'est pas un fond réac mal assumé
[...]"

On notera quand même le "Biafra n'obtient que 3, 5 %".. combien ils ont fait LO, le PC et la LCR aux dernières élections ?
Et pour terminer sur le personnage, et rebondir sur ce que je disais à propos des rockeurs vendeurs de lessive :

"[...]le sommet du comique politico-culturel est atteint dans « Those Dumb Punk Kids (Will Buy Anything ) » sur le deuxième album avec les Melvins, « Sieg Howdy » (2005) : une chanson qui documente l'autre grand procès de Biafra celui qui l'oppose â son ancien groupe, les Dead Kennedys dont il a empêché (au grand dam de ses anciens amis) l'utilisation dé la chanson "Holiday ln Cambodia'' dans une publicité pour Levi's". Le titre est une citation de son ex-guitariste, East Bay Ray, qui disait - en privé, bien sûr - que leurs fans étaient si bêtes qu'ils étaient prêts à acheter n'importe quoi [...]."

Et les deux albums avec les Melvins sont des purs chefs-d'oeuvre. Il fallait le dire. Et sinon, vous pouvez acheter ce Hors-Série ne serait-ce que pour les deux articles précités et celui sur l'"autarcie hardcore".

Et pour terminer en chanson, le "sommet du comique", comme il dit le monsieur.. Those Dumb Punk Kids (Will Buy Anything )

 


lundi 12 mai 2008

Intermède potager

Je profite de la période printanière et de l'ouverture en fanfare de la guérilla jardinière sur LaDistro pour vous présenter mes nouveaux amis pour la vie.

Tout d'abord, voici celui en qui j'ai mis le plus d'espoir, je veux parler de mon pote Fino Verde.

Bon de prime abord ça ressemble à toutes les herbes à la con qui poussent en cette période. C'est pas faux. Certes, mais ça en fait c'est du basilic. "Variété aux petites feuilles vertes très utilisée en Europe pour les pestos".. c'est si je le surveille quotidiennement (et même que dans l'intimité je l'appelle "mon petit pesto d'amour") (j'espère que ça le fera pas rougir, parce que c'est pas exactement sa couleur naturelle).

Ensuite, il ya son collègue le Basilic Sacré.

"Sa hauteur varie de 30 à 60 cm [...] sa saveur est très épicée, sa floraison est abondante et sa croissance est vigoureuse" comme il dit monsieur Kokopelli. Très bien. "Saveu épicée".. ça veut peut-être dire que le pesto sera dégueulasse aussi. Mais c'est pas grave parce que, si culinairement il vaut que dalle, il va me protéger des mauvais esprits. "En Inde, ce basilic "tulsi" est très vénéré, et il est considéré comme une plante de protection". Avis à la population ; si tu rentres chez moi sans y être invité, je lache mon basilic de protection (et une jardiniere de cinq kilos sur le coin de la gueule, je pense que ça doit être efficace comme protection). Je l'ai appelé Gandhi. Indira Gandhi.

Last but not least, mon persil Géant d'Italie

Contrairement à ce que son nom pourrait laisser croire, le Géant d'Italie n'est pas un persil de protection. Encore que rien n'empèche de balancer sa jardinière sur la gueule, c'est pas marqué dans les contre-indications. "Feuillage simple et de couleur vert foncé. Très bon parfum et très bonne productivité". Ouala. C'est mon étalon italien, je l'ai appelé Rocky.

C'était vraiment très intéressant. Je vous promet de vous donner régulièrement des nouvelles de mes nouveaux amis parce qu'ils sont vraiment trop mignons.

jeudi 8 mai 2008

A buzz hé !

Le buzz du moment c'est le clip "Stress" de Justice. Comme je sais pas trop quoi en penser, je laisse al parole à wikipédia qui sait tout qui voit tout et qui comprend tout ;-)
"En mai 2008, Justice sort son nouveau clip "Stress", réalisé par Romain Gavras du collectif Kourtrajmé. Le clip met en scène une bande d'une dizaine d'adolescents se livrant à diverses violences et agressions tout en étant suivis par une équipe de tournage, une description du "racailleux" qui suscite une polémique[1]. A la fin de la vidéo le preneur de son prend feu en s'approchant de trop d'une voiture enflammée et la petite bande se retourne contre le caméraman. Les derniers mots entendus sont : "ça t'fait kiffer de filmer ça fils de pute ?". Ces séquences laissent à penser que la vidéo dénonce en fait les amalgames et les images faciles de propagande sécuritaire dont certains médias abreuvent le public, ou qu'elles n'expriment en fait qu'une réalité. Le thème central de la vidéo serait le traitement de la violence par les images, ou une lecture de faits contemporains (façon Orange Mécanique ou Invalides 2005 ?). Le groupe ainsi que Romain Gavras (le réalisateur du clip) ne se sont pas encore exprimé sur le sujet."

Ouala. A noter que la bande à Kourtrajmé c'est les ceusses qui ont fait Sheitan... on peut donc présumer que tout se joue uniquement dans la provoc..

Edit : bon allez je dégage le clip, au final c'est rien qu'un spot publicitaire pour des blousons à 700 euros. Voir et . La seule question valable dans tout ça ; combien de temps avant que des gosses soient arrêtés pour avoir voulu faire "comme dans le clip de justice" ? Amis cambistes faites vos jeux !

Edit bis : Un article de Libé décrypte le groupe.

"[...]Révélés en 2006 à la faveur d’un remix pour les Simian au titre fédérateur We are Your Friends (Never be Alone), Gaspard Augé et Xavier de Rosnay sont l’expression la plus contemporaine des nouveaux canaux de promotion de la musique. Quand les Victoires de la musique les récompensent début 2008, les Justice effectuent peut-être leur premier prime-time sur une chaîne hertzienne. Ils n’en sont pas moins déjà célébrés aux quatre coins de la planète par une jeunesse dorée en mal d’hyperoptimisme. Lancés conjointement par les labels Ed Banger et Because, soit le manager des Daft Punk et l’ancien patron d’EMI Europe, les Justice sont devenus en quelques mois le nouvel espoir d’une French touch peinant à retrouver son souffle. Multipliant les sets, du festival maousse Coachella en Californie aux Vieilles Charrues en Bretagne, illustrant une pub pour Peugeot ou l’opérateur Numericable, Justice est devenu à l’heure de la crise du disque une définition possible d’une autre manière de faire du business, devenant un collecteur de droits extraordinaire dans des domaines qui n’avaient jamais autant été appelés à se croiser. Un pied sur le dancefloor, l’autre dans la pub ; un pied sur la scène rock, l’autre dans la fashion ; à la fois chez Colette et dans les pages de Télérama, les garçons originaires pour l’un de Ozoire-la-Ferrière (Xavier de Rosnay) et pour l’autre de Vincennes (Gaspard Augé) - et qui mixeront au Palm Beach pour l’ouverture du Festival de Cannes -, parviendront-ils cependant à rallier la banlieue (pauvre) avec la vidéo de Stress ? " (Libé, 12 mai 2008)


Les fringues Benetton avaient Oliviero Toscani, les fringues Justice ont Romain Gavras. Play it again, sam..

dimanche 4 mai 2008

[cine] Iron man

Audi propose à Iron Man toute une gamme de véhicules spécialement étudiée pour ses besoins personnels et ceux de son casting. Si vous êtes un playboy milliardaire de l'armement et que vous souhaitez vous rendre rapidement à une soirée ou à votre jet privé, Audi met à votre disposition son modèle R8, qui va tellement vite que votre esclave homme de maison porte bagage qui roule dans une caisse de merde sera obligé de prendre un raccourci par mulholand pour arriver pas trop longtemps après vous (sinon c'est le metteur en scène qui aurait fait la gueule). Si vous êtes une mère de famille soucieuse de sa charmante progéniture, Audi vous propose une familiale confortable au système de freinage surpuissant grâce auquel vous éviterez de justesse l'accident contre le terrifiant adversaire d'Iron Man. De plus son moteur d'une époustouflante robustesse est le seul qui puisse venir à bout d'Iron Man ; si d'aventure, par une cocasserie géniale de scénario (genre vous êtes tellement effrayée que vous appuyez comme une dingue sur l'accélerateur quand on vous soulève à dix mètres de hauteur) vous vous trouviez face à votre héro favori, celui-ci n'aurait d'autre solution que de glisser sous la voiture, car si Iron Man explose un F16 en plein vol, il ne peut arrêter une familiale de la marque Audi(tm)(c)(r).

A part ça un twist de scénario à la con (les plus méchants en fait, c'est pas ceux qu'on croit) permet au réalisateur de faire passer le bon gros message habituel sur les arabes terroristes (d'une abjection sans cause, nuls, manipulés) qui font régner la terreur sur une pauvre population incapable de se défendre mais heureusement Iron Man est là pour rendre la justice (américaine), en livrant l'oppresseur désarmé à la vindicte populaire.
Ouais, ça sent pas la rose au niveau du message quoi.

Si je croise une R8, je lui tague sa gueule au feutre indélébile : "iron man ça pue du cul"

J'ai aussi vu Rec ; je suis pas aussi catégorique que Melvin, mais je suis pas loin d'en penser pas moins (faut aimer les têtes à claques, les gens qui braillent et les effets pseudo-horrifiques à deux balles quoi...)

phpMyVisites | Open source web analytics Statistics