L'audience a été interdite à la presse étrangère et aux diplomates occidentaux. Mais Elizardo Sanchez Santa Cruz, animateur de la Commission cubaine pour les droits de l'homme et la réconciliation nationale (non reconnue par les autorités), le père de l'inculpé, le guitariste de la bande et la blogueuse Yoani Sanchez (Génération Y), ont été admis dans la salle du tribunal.

Gorki Aguila comparaissait pour "dangerosité", une figure du code pénal cubain passible de quatre ans d'emprisonnement. D'après Elizardo Sanchez, le procès, commencé avec dix heures de retard, a été "une farce". "La charge de dangerosité est une monstruosité juridique contre des personnes qui n'ont commis aucun délit, a-t-il expliqué. Ce qui est préoccupant, c'est qu'on s'en sert contre des dissidents. Si cette charge disparaissait du code pénal, des milliers de personnes sortiraient des prisons."

Au procès, l'accusation reposait sur les témoignages de deux policiers et de la présidente du "Comité de défense de la révolution", l'organisme de surveillance du quartier. "L'inculpation de dangerosité a été transformée en désobéissance, mais ils n'ont rien pu prouver, assure M. Sanchez. La motivation était purement politique. (Gorki Aguila) a été arrêté et maintenu quatre jours dans un commissariat, dans des conditions inhumaines, uniquement à cause des paroles de ses chansons."

FIDEL CASTRO, "LE COMA AMBULANT"

Outre ses "paroles contre-révolutionnaires", les autorités reprochent au musicien sa "conduite asociale, de ne pas aller voter aux élections, ni participer aux réunions et activités politiques", affirme Ciro Diaz, guitariste de Porno Para Ricardo. "Nos chansons portaient sur le sexe, mais on a commencé à nous harceler et réprimer, alors nous avons réagi, a-t-il ajouté. C'est ce qui nous a poussés là où nous sommes."

Après le disque "Je suis porno, je suis populaire", le groupe a enregistré un album intitulé "Je n'aime pas la politique, mais la politique m'aime bien, camarade". Une chanson écrite après la maladie de Fidel Castro raille "El Coma andante" (le Coma ambulant). "Ces années de faim et d'ombres portent toutes ton nom, Fidel", disent les paroles. Le disque en préparation s'intitule "Comité gériatrique central".

Figure de la scène underground, Gorki Aguila, 39 ans, travaille à l'atelier de sérigraphie de l'Institut cubain de l'art et de l'industrie cinématographiques (Icaic). En 2005, il a été condamné à quatre ans de prison, dont il a purgé la moitié. Cette condamnation pour usage de stupéfiants l'a empêché de participer au tournage du film Habana Blues (2005), réalisé par l'Espagnol Benito Zambrano.

La nouvelle arrestation du leader de Porno Para Ricardo a suscité des protestations à Cuba et à l'étranger. Jeudi, pendant un concert sur le Malecon (le bord de mer de La Havane), un groupe de protestataires a été malmené par la police.

Une pétition d'intellectuels cubains en exil, dont le musicien Paquito D'Rivera, avait demandé à des artistes cubains comme Pablo Milanés et Omara Portuondo de manifester leur soutien à Gorki Aguila. Les chanteurs espagnols Miguel Bosé et Alejandro Sanz avaient rejoint les pétitionnaires. "Je suis fier de toutes ces personnes qui ont exprimé leur solidarité et je sens davantage de haine contre cette dictature", a déclaré le leader de Porno Para Ricardo à la sortie du tribunal.