LEBOBLOG

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

lundi 31 mars 2008

[cinéma] L'Orphelinat

La scène finale est toute pourrite.

Lire la suite

jeudi 20 mars 2008

La parabole du fer cheval

Niels Bohr, c'est pas le genre de mec à avoir inventé l'eau tiède. Mais plutôt la mécanique quantique (*). D'ailleurs Pour la science lui consacre son dernier hors-série. Et parmi la centaine de pages dithyrambiques (méritées) et passionnantes racontant la vie et l'oeuvre du mec qui révolutionna (pas tout seul, certes) la science et accessoirement triompha d'Einstein (post-mortem certes, le sujet, connu sous le sobriquet de "paradoxe EPR" n'a pu être tranché par l'expérience qu'au début des années 80) (mais bon dtc Einstein les variables cachées quand même). Ouala ça c'est dit. En attendant il manque la seconde partie de la phrase d'avant. Parmi la centaine de pages, donc, consacrées à ce scientifique de géééénie, on y trouve, dans un encart (en bas à droite), la parabole suivante:

Un des nombreux visiteurs de Bohr remarque un fer à cheval accroché dans l'entrée de sa maison de campagne. Surpris, il demande à Bohr s'il croit vraiment que cela puisse lui porter chance. "Bien sûr que non !" lui répond Bohr, "mais on m'a dit que ça marche même si on y croit pas."

Respect.



(*) que scolairement on surnomme "Méca Q". Et comme le faisait remarquer un de mes anciens collègues estudiant, "l'existence des trous noirs s'explique par la méca Q".

dimanche 9 mars 2008

[cinéma] Rambo / Taken

Va falloir songer à renouveler le stock de figurants ethniques..

John Rambo. Ancien soldat d'élite et véritable machine à tuer (mais sympa), John Rambo coule une retraite paisible en capturant des serpents venimeux et en filant du poisson à des moines shaolin. Mais, ah lala, sa copine, une fille naïve qui ne se rend pas compte à quel point ce monde est dangereux, se fait capturer avec ses potes bénévoles humanitaires par la terrible junte birmane dont le principal loisir est la course de catholiques dans des rizières parsemées de mines antipersonnelles.
Sylvester Stallone à environ 90 minutes pour éclater la moitié de la figuration asiatique (l'autre c'est les bons) et ramener (à peu près) tout le monde au bercail.

Taken. Ancien agent des service secrets américains et véritable machine à tuer (mais sympa), Bryan coule une retraite paisible en protégeant les stars de la pop de fans meurtriers et en faisant des barbeuks avec ses potes. Mais, ah lala, sa fille, une gamine naïve qui ne se rend pas compte à quel point ce monde est dangereux, se fait capturer avec sa copine par la terrible mafia albanaise de paris dont le passe-temps favori est l'organisation de bordels clandestins avec des filles enlevées et droguées.
Liam Neeson à 96 heures (mais un peu moins sur la pellicule) pour décimer la communauté albanaise de la capitale et ramener sa fille au bercail.

 

Va peut-être falloir songer à renouveler le stock de scénaristes aussi...

lundi 3 mars 2008

[cinéma] Cloverfield

Si vous avez manqué le début. Pour échapper à godzilla une bande de jeunes se planque dans un magasin Sephora. Après avoir maté les infos sur des écrans plats Philips dans le drugstore à côté ils décident d'aller sur le pont de brooklyn. Mais le chef de la bande à reçu un message sur son téléphone Nokia et décide de faire demi-tour.

Avis de la rédaction. Quand Hollywood décide de contrer l'envahisseur islamique obscurantiste (un alien qui fait s'écrouler des tours à New York, c'est une allégorie à peine voilée) (hu hu hu), il lui oppose une fable fine, subtile, et fortement empreinte d'un progressisme radical ; un prince charmant aidé d'une troupe de loyaux camarades va délivrer une princesse prisonnière dans un donjon.
Mais, ah la la, si l'idée de départ est originale et le concept novateur (un imbécile qui filme les événements au camescope, ça déchire), il faut bien avouer que le résultat n'est pas à la hauteur de nos espérances, et l'on se prend rapidement à espérer que le porteur du camescope ferme sa gueule et qu'il crève la bouche ouverte avec le reste de cette troupe de branquibobognols attractoclaques. En temps normal, un réalisateur parvient tant bien que mal à susciter un minimum d'empathie pour ses personnage. Mais là, non.
Bref. C'est une bouse. Enorme.


phpMyVisites | Open source web analytics Statistics