LEBOBLOG

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

jeudi 17 avril 2008

[no comment] Le fabuleux monde de l'etrepriiiise et sa vision avant-gardiste...



jeudi 10 avril 2008

Cher France Inter (au sujet des publireportages sur myfesses)

Lundi dernier, en allant au taf (j'étais un peu à la bourre, faut quand même bien l'avouer), je suis tombé sur le "feuilleton" (enfin, c'est plutôt le feuilleton qui m'est tombé dessus, et ça réveille!), chronique quotidienne de l'émission Esprit critique (sur France Inter, donc). Pour faire simple, voilà les cinquante premières secondes de l'agression auditive dont je fus la victime..


5 citation de "MySpace" en moins de cinquante secondes, si c'est pas de la lobotomie !

Evidemment j'ai pris ma plus belle plume et je l'ai trempée dans le formulaire de contact mis à la disposition des auditeurs de l'émission.
"Cher France Inter,


Les deux publireportages que vous avez diffusé ce matin et hier, aux alentours de 9h30, concernant le réseau social MySpace.com sont inadmissibles.
"MySpace.com" est la marque de réseau social de News Corp, c''est à dire de l''empire Murdoch, et les cinq minutes de publicité gracieusement offertes à cette entreprise par le service public sous couvert de chronique "feuilleton" sont tout simplement scandaleuses.
En deux émissions vous avez trouvé le moyens de prononcer le nom de la marque à moultes et moultes reprises, mais du propriétaire de "l''outil", pas un mot. Pas un mot non plus sur le prix à payer pour avoir une page sur MySpace.com ; de larges bannières de publicités sont imposées aux visiteurs qui veulent écouter votre musique. Pas un mot sur le fait que les artistes qui attirent tous ces visiteurs grâce à leur musique et génèrent donc d''importantes rentrées d''argent publicitaire ne touchent, eux, pas un seul centime. Les artistes mettent à la disposition des annonceurs des pages web de grandes qualités grâce à la musique qu''ils y déposent, et en retour ils ne touchent rien. Et l''argent généré par la présence de leurs compositions va dans les caisses de News Corp, c''est à dire de l''empire médiatique le plus réactionnaire qui soit.
Que des artistes acceptent de brader leur oeuvre au profit de News Corp dans le mince espoir de toucher un jour la gloire et la fortune, c''est une chose. Mais que le service public fasse l''apologie d''un tel système, c''est tout simplement révoltant. Non, MySpace.com n''est pas un outil anodin et neutre, c''est une entreprise qui utilise gratuitement les oeuvres d''artistes pour vendre des espaces publicitaires au seul profit de l''empire Murdoch.

Il ya de nombreux artistes qui font découvrir leur musique sur internet sans passer par la société MySpace.com. A vous écouter, on pourrait croire que ce serait la seule solution. Or ce n''est ni la seule, ni la meilleure solution, mais comme c''est la plus connue, elle apparaît comme une évidence (jamais vous n''avez demandé aux artistes pourquoi ils ont choisi MySpace et pas jamendo par exemple, comme si ce choix n''existait tout simplement pas).

Bref ce "feuilleton" n''est, pour le coup, qu''une suite de publireportages dignes d''être recyclés en films d''entreprise ("pourquoi ils utilisent MySpace") mais indigne du service public.


Je suis relativement pas content, comme auditeur.



Cordialement
"


Si je reçois une réponse, hein, comme d'hab, je vous en ferais part...

vendredi 4 avril 2008

Les dAHUs : 10 ans dans les (demi) pattes !

10 ans de punk an droll, de drunk and poll et de plein d'autres choses qui font du bruit et riment avec picole.. ça se fête. A l'Autan, demain soir, le samedi 5 avril, et tout ça pour un euro symbalique (comme dit le batteur).

phpMyVisites | Open source web analytics Statistics