LEBOBLOG

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

lundi 26 mars 2007

[Communiqué] Les Tanneries ne se laisseront pas expulser !

(recu aujourd'hui)

A diffuser !

La nouvelle de la décision de la Mairie de dijon vient de tomber et la situation presse, nous avons donc écrit le manifeste ci-dessous expliquant pourquoi et comment nous reprenons la lutte pour l'existence du lieu. Nous appelons toutes les personnes qui nous soutiennent à passer l'info à leurs divers contacts et ami-e-s, ainsi qu'à appeler le standard de la Mairie (vous pouvez demander le cabinet du Maire, ou l'adjoint à l'urbanisme ou au patrimoine...) et à envoyer des mails au Maire pendant toute la journée de lundi. Pour tout-e-s celleux qui peuvent, venez nombreux lundi soir à 17h30 devant la Mairie pour aller ensemble au conseil municipal et pour la fête de rue devant la mairie où seront déjà rassemblé le squat le "Toboggan" et le cinéma indépendant "Eldorado", menacés eux aussi.

C'est maintenant, entre autre, que se joue notre avenir...mais ça ne s'arrêtera pas là. Nous allons évidemment poursuivre et multiplier les actions de pression dans les semaines à venir et prendre le temps de mobiliser plus largement. Tenez vous prêt-e-s !

ON RESTERA... PARCE QU'ON A LA RAGE !

Espace autogéré des Tanneries 17 bvd. de Chicago – 21 000 Dijon - 03 80 66 64 81 - www.squat.net/tanneries

versus

Lire la suite

jeudi 15 mars 2007

Elle aura quand même enterré papon.... Tchao Lucie !

Lucie Aubrac, l'une des dernières grandes figures de la Résistance, est décédée mercredi soir à l'Hôpital suisse de Paris, à Issy-les-Moulineaux (Hauts-de-Seine), à l'âge de 94 ans, a indiqué à l'AFP son mari, Raymond Aubrac.

Lucie Bertrand, qui avait pris sous l'Occupation le nom de guerre de son mari Raymond Aubrac, l'avait fait évader de façon spectaculaire à Lyon, quatre mois après son arrestation à Caluire (Rhône), en compagnie de Jean Moulin, chef du Conseil national de la Résistance (CNR), le 21 juin 1943. Née le 29 juin 1912 dans une famille de vignerons bourguignons, professeur agrégée d'histoire et de géographie, Lucie Aubrac avait participé à la création d'un des premiers réseaux de résistance, Libération-sud.

Grand officier de la Légion d'honneur, elle a participé après la guerre aux instances dirigeantes du Mouvement de la paix. Lucie Aubrac était l'auteur de "Ils partiront dans l'ivresse" (1984) et de "Cette exigeante liberté" (1997). Son dernier ouvrage, "La Résistance expliquée à mes petits-enfants", est paru en 2000. Deux films ont raconté son histoire: "Boulevard des hirondelles" (1993) et "Lucie Aubrac" (1997).
(Libé du jour)

Entrevue avec Florence ROCHEFORT et Laurence KLEJMAN, pour la revue Clio :

[...]C'est alors que j'ai investi mon besoin de militantisme dans le Mouvement de la Paix, puis dans des engagements en faveur des pays qui se battaient pour leur indépendance : l'Indochine d'abord, l'Algérie ensuite.
Je n'ai plus alors fréquenté de mouvement politique. Ce n'était pas commode pour moi : pour toute une frange socialiste, j'étais communiste ; pour les communistes, j'étais anar ou trotskiste. Mais je n'ai jamais rompu avec mes amis de l'un ou l'autre camp. C'est tout de même là qu'on trouve le plus de dévouement sincère sans ambition ou carriérisme. [...]

phpMyVisites | Open source web analytics Statistics