LEBOBLOG

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

vendredi 30 mars 2007

Cartouche aux Tanneries de Dijon, le 17 mars 2007

Pinaise, on peut pas dire que je stakhanovise de la chronique. Voici donc la deuxième livraison concernant le concert du 17 mars (même pas deux semaines de retard, vous plaignez pas).  Le premier groupe de la soirée c'était Cartouche, le all star band de l'anarground underpunk avec Nico Ya Basta à la moissonneuse, Raymonde sans ses blancs becs ni son boys band mais avec sa basse amarrée, Alex Mascachize et Kastorama à la mandoline, et la bondissante Géraldine Kochize au chant-guitare-interlude-dédicace-baskets jaunes. Ils sont parfois zarbi ces reustas, les voilà qui débarquent sur le net avec un blog sans pub (faut dire que le skyblog du début ça la foutait mal), et qu'en énorme ils linkent vers une stupidpage chez rupert murdoch... comme quoi le militantisme old school a parfois de sacrées difficultés à franchir les barrière de la virtualité. On sait très bien que c'est "que" de l'internet et qu'ils en ont rien à battre, mais parfois on aimerait bien que la crème des militants ne fasse pas le jeu de l'adversaire (si le net c'est virtuel, la propagande extrémiste et le compte en banque de murdoch sont bien réels eux...). Enfin bref.
Cela n'enlève rien à la prestation du groupe, et c'est un plaisir que de voir cette enragée de Géraldine balancer des textes poético-militants sur un rock punk mélodique et dense. C'est pas violent, ça se déguste comme du sirop de rock'n roll, ça fout la pèche, que demander de plus? Des photos? Ok. C'est ici. Comme pour Mon Dragon, j'étais derrière la scène, donc bon, c'est pas terrible terrible (sauf si on aime bien les yeux rouges).
Quoi d'autre? Une vidéo? Vendu. Pour le titre, j'ai mis "entre elle et lui", mais ça aurait pu être "entre lui et moi", ou autre chose, ou l'inverse. J'ai fait ça à l'oreille et j'ai la compréhension fort difficile, soyez donc indulgent (ou crevez). Mais pour l'instant enjoyez dans les yeux.


[insérez cette vidéo dans votre blog]

mercredi 21 mars 2007

Mon Dragon aux Tanneries de Dijon, le 17 mars 2007



Plutôt que d'attendre un hypothétique (mais sublime) (mais hypothétique) compte-rendu, qui, à l'instar du TLPII et de la soirée du Mondo Bizarro, ne viendra probablement jamais, faute d'une extension rapide du volume d'heures quotidiennes disponibles à un être normalement constitué qui a besoin d'un temps de sommeil relativement conséquent pour ne pas zombifier devant ses collègues pendant les heures d'ouverture du magasin, autant diffuser de suite les illustrations de ce futur mais néanmoins fort improbable billet consacré à cette soirée. Qui n'en fût pas moins mémorable puisque les Mon Dragon en ont profité pour fêter la sortie de leur album et leur entrée dans la légende.

La gallerie de photos est accessible en cliquant sur la miniature au-dessus, et au dessous, c'est "Le corps d'Ama" ("maintenant que t'es morte tu fais la une des faits divers partout/ Ya même pas de nom tout le monde s'en fout / maintenant que t'es morte on verra qui c'est qui viendra te chercher dans ton trou/ le corps d'une pute tout l'monde s'en fout")


[insérez cette vidéo dans votre blog]

samedi 10 mars 2007

Quizzz Brigitte Bop / Chansons françaises (de qualité)


En attendant un compte-rendu même pas digne de ce nom sur ce Boblog du bonheur dans ton cul, tu peux toujours en trouver un (de compte-rendu)(digne de ce nom), sur le site d'un des trois protagonistes de la soirée dont au sujet de laquelle il s'agit, et dont je m'aperçois que j'ai même pas dit de quoi je parlais il commence bien ce billet tiens.
Bref, le samedi 24 février au Mondo Bizarro il y avait Known Dwarf, Melvin P4, Zerick Trauma et plein d'autres gens mais aussi des groupes. Et si vous voulez lire un compte-rendu, ya Bastos (des Brigitte Bop, mais est-il besoin de le préciser), qui en a écrit un, là sur son site. Et qu'est-ce qu'il foutait là le Bastos, si loin d'Orléans et de sa tranquillité asonique (oui je sais ça n'existe pas, et alors?) (c'est une licence poétique) (car je suis un poète, et je vous emmerde).. cela dit ça ne répond pas à la question posée (y'en a pas un qui suit dans ce lectorat).. Bastos il était parce que qu'il est fan de Gilbert montagné et ses problèmes et des Rambo Killers, et que ça tombe bien parce que justement ils jouaient au Mondo ce soir-là. C'est dingue. Mais ce qui est carrément génial, c'est qu'en plus il y'avait les Brigitte Bop ! Putain, la life des fois, ça fait les trucs super bien.
Bon comme je sais pas si je vais vraiment finir par pondre un compte-rendu correct du quetru, autant vous filer déjà l'adresse des tofs de la soirée que j'ai prise avec mon appareil à prendre les tofs (même que j'ai réussi à louzer la sacoche) (born to louze, yaisseuh i'ame born tou louze). Pour les tofs, c'est par ici.

Ah ah.. j'ai failli oublier le pourquoi du billet.
Moi demain. Dans "Moi demain", Bastos il m'a enfin dit ce qu'il chantait.
Des paroles !!
Aaaah. Déjà on est rassuré. C'est que, dans un ancien post, je lui demandais ce qu'il baragouinait (c'est pas sexuel) parce que ça correspondait pas du tout aux paroles d'origine. Ben la réponse c'est "des paroles célèbres de groupes célèbres, genre OTH, les rats, la souris...".

Ah ah.

===> QUIZZZZZZ !!

Puisque j'ai enregistré le "Moi demain" qu'ils ont joué au Mondo, ben à vous de trouver de qui sont les paroles chantées par le Bastos !
Le son est pas terrible, mais en captant quelques mots, ça doit être jouable...

Play Yvette !

mercredi 7 mars 2007

Un dimanche soir à Konstroy (Fuck Myspace, la suite)


Comme annoncé dans le post précédent, dimanche souer (enfin à 18h quoi) j'étais intra-muros dans les locaux de la mythique émission de musette solognote Konstroy. Mappy est au choix : trop fort ou un gros bâtard de sa race. Le parking indiqué sur l'avenue de Flandre n'existe que dans sa base de donnée perrave ou alors c'était le parking du franprix qui n'est PAS ouvert le dimanche sa mère.
Mais comme je suis un peu un dieu de la voiture, je n'ai éprouvé aucune difficulté à me faufiler dans les méandres parisiens tel une anguille sous sa roche, me jouant des feux rouges et des embouteillages avec grâce, subtilité et enthousiasme.

(je vous ai déjà dit que je haïssais Paris?)

Lire la suite

phpMyVisites | Open source web analytics Statistics