LEBOBLOG

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

mardi 27 novembre 2007

Brigitte Problème et son Gilbert Bop au Mondo Bizarro (ya un bail)

Soyons clairs ("être une looze n'empêche pas d'être clair", proverbe de notaire), ce n'est pas parce que j'ai réussi à rater Orléans (ça positive ça, non? "j'ai réussi à rater".. ça fleure bon son oxymore, mais en même temps ya la notion de réussite, et c'était pas simple à caser dans l'affaire) et le concert astrolabesque des Brigitte Bop (j'aurais pu dire "le concert brigittebopesque à l'Astrolabe" mais je trouvais la locution encore plus nulle que l'autre), que je vais pas vous envoyer quelques vidéos inédites en travers des mirettes. Les plus oeil-de-lynxeux d'entre vous (ah oui, la fête du néologisme perrave) (si si ça tombe un 27 novembre) auront remarqué que j'ai mis sur YouTeub quelques ouidéos du Mondo Bizarro. Elle était sympa cette soirée à Rennes (petite précision, faire une soirée "à Rennes" ne signifie pas qu'on va assister à une corrida) ( c'est important de le signaler) (nan c'est pas la fête du jeu de mot pourri, c'est le blog du jeu de mot pourri). C'est sympa Rennes, by night, surtout au sud, là où t'as rien à y foutre parce que le Mondo il est au nord. Sens de l'orientation un jour, sens de l'orientation toujours. J'ai quand même fini par rejoindre le bar. (Là j'avais prévu de commencer la phrase suivante par "une fois le bar atteint", mais Desproges l'a faite avant moi). Bon, là c'était un peu le rendez-vous de la hype, avec Melvin, Cha, Known, Giole, Zerick (en grande forme), et Starsky qui filmait tout le monde (je me demande d'ailleurs si, pendant que j'admirait les ruelles des quartiers sud rennais, y'avait pas les Bimbo Killers en toute première partie). J'ai débarqué (on est pas en normandie, ça prète pas à confusion) en plein dans le set des Gilbert et ses problèmes. Et franchement je fus bien content de les revoir.

Gilbert et ses problèmes c'est un peu les survivants de la vague skacore (kargols, skunk...) à la française (les voodoo glow skull, qui ont inspiré tant de groupes, continuent pépères). C'est vraiment un style que j'affectionne tout particulièrement, et même si les Gilbert ne sont pas les représentant les plus légers du grand sud, leurs textes ne sont pas toujours tissés dans du fil d'une grande finesse (bon là je pense surtout à des morceaux comme "tuez le borgne" ou "viva la muerte"), il ya quand même quelques petits bijoux qui sont de puissants vecteurs d'agréabilité à mes oreilles. Comme par exemple ce "Jeu de l'oie"..

 

Et ensuite, vinrent sur scène, nos twist punkers favoris. Un set brillant comme à l'accoutumée (avec toujours ce petit reproche en coin de délaisser trop rapidement leurs meilleurs tubes au profit de nouvelles compos que le public découvre in situ, et que donc, forcément, il ne connaît pas). Gob s'époumone (en montrant du doigt), Charles pose, Bastos harangue, Yann faut pas le faire chier, et Lolux peinarde (mais en cadence) derrière ses fûts. Que du bonheur. Ce qui était des nouvelles compos sont désormais gravées sur le sol scintillant de la grande Autoroute du punk. Et parmi elles, un "mayday mayday" pas vraiment twist, mais bien puissant. Enjoy les nonoeils !


-la vidéo sur YouTeub-




Edit du 28/11/07. Afin d'illustrer ce succulent billet, ou tout au moins la partie concernant eul skacore, je viens de rajouter à la playlist radiokipu trois petits morceaux (oui seulement trois, je vais pas non plus pourrir l'ecclectisme de la programmation par une surpondération skacoreuse, quand bien même serait elle justifiée par la judicieuse exemplification d'un compte-rendu à l'arrière-goût nostalgique) (voyez-vous). Il ya donc du Kargol's (Surfin Kargolade, morceau qu'à ma connaissance on ne trouve que sur la compil la liberté est ailleurs), du Skunk (CFP2T), et du Voodoo Glow Skull (Voodoo Anthem, "Ren-dez-voodoo! who do voo doo we doo, fuck you!!"). Enjoyez les noreilles.

vendredi 16 novembre 2007

Attentat Sonore au CICP

Après CPPN, c'est au tour du Pélican Frisé de gambader sur scène. Le volatile fait du ska, et comme je ne suis pas particulièrement friand du style, je passe totalement à côté du set (je n'ai ni photo ni vidéo, ce n'est pas un boycott, c'est juste que j'ai pas vu le temps passer). C'est un peu le problème quand on est préposé à la tambouille, même si ça mitonne tranquillement, faut toujours garder un oeil sur le chaudron. Et du local à poubelle, la vue n'est pas spécialement magnifique (sauf quand de charmant spécimen de keuponnes viennent tenter de me convertir au myspecisme, mais c'est hors sujet ici). Local à poubelle dans lequel Bibi Konstroy nous a joué au stakhanov de l'interview pendant les deux heures de direct hertzien dévolues à son émission.
Et parmi ces interviews rondement menées, il ya avait celle du groupe dont au sujet duquel il s'agit (Attentat Sonore, faut suivre), et dont au sujet duquel je vous propose d'écouter ladite interview (dessous, là faut cliquer sur play). Interview qui contient en son milieu un ninédit (dont on saura peut-être le nom, un jour)...





Attentat Sonore porte plutôt bien son nom, car le déluge sonique punk, ça se pose bien là. Et autant au niveau de la zique, que du chant ; deux voix, un chant mixte pour bien nous rouleau compresser.. bref ça dépote sévère. Jugez plutôt (waf) !



-la vidéo sur Youteub-

 

 

On récapitule:

mardi 13 novembre 2007

RFPP CPPN CICP

Comme vous avez pu vous en rendre compte, la Cellule Combattante Marie-Pierre Planchon était dans la place ce dimanche 28 octobre pour une retransmission en direct du CICP. La cible était une soirée de solidarité avec Fréquences Paris Plurielles, et l'objectif principal de retransmettre Konstroy sur son créneau habituel, de 18 à 20h, l'émission étant réalisée, pour le coup, sur le lieu même des opérations, à savoir le coquet local à poubelle (transformé pour l'occasion en succursale de la nasa). Erick nous ayant prévenu que le serveur de propagande risquait fort d'être bien chargé, voire indisponible, la Balayette Connexion(c)(tm)(p) a franchi une étape supplémentaire (one step beyond, comme on dit en skankie) dans l'auto (mobile, journal, nomie, rayez les mentions inutiles) du bordel internaute, en installant son propre serveur de stream. Et comme c'est du icecast2, on a pu, délire, fonctionner au gpl (bravo, c'était bien "automobile") et retransmettre en ogg.

Et cette soirée ? La solidarité avec RFPP tout ça... Le mieux c'est de laisser la parole à Juliette, directrice d'antenne, interviewée pour l'occasion ("automobile" on vous dit), par Bibi Konstroy (dans le local à poubelle, donc.. la grande classe). Tout y passe, un petit historique, un état des lieux, pourquoi ça commence à chier dans la colle (fin des emplois aidés) et pourquoi ça va pas s'améliorer (arrivée de la radio numér(d)ique avec obligation de s'équiper en matos hors de prix)...


Puis les interviews ont continué (on s'écoutera plus tard d'Attentat Sonore), y compris pendant le début du set de CPPN (pas de site pas de lien). CPPN c'est du punk rock from paris, groupe plus jeune par l'existence que par la moyenne d'âge. Et parmi les (plus tout jeunes) membres du groupes, on retrouve au chant, Oliv, le fabuleux créateur du succulent ouvrage "Never mind ze cuizine" (dont je je vous causerai un jour, c'est promis, j'ai fait la recette du cabillaud au pastis, j'ai des photos affligeantes et des brûlures au troisième degré -non j'déconne-, je vous montrerai).

Ajoutons qu'ils ont sorti un album "La classe", en co-prod avec Konstroy Prod et Talion Prod (Gilbert et ses problèmes), mais à part un polluspace , on ne trouve pas beaucoup de trace du groupe sur le net. Si j'ai bien compris ils ont dealé avec le site les-independants.com et donc leur album devrait y être téléchargeable (à 80 cents d'euro le titre) mais pas de trace non plus... Vous aurez plus de chance en allant aux concerts (ou alors à la fnac, vu que c'est distribué par music mosaic, enfin ya le logo dans le lot, mais pas de trace de l'album sur le site non plus). Bref. Toujours est-il qu'au cicp ils étaient plus faciles à trouver, vu qu'ils étaient sur scène. Et bien qu'ils aient joué pendant la retransmission, je me suis octroyé un abandon de poste doublé d'une excursion dans la salle, au moment pile poil où la salle conquise allait pouvoir reprendre en choeur le désormais culte Yeah ! Yeah ! Morceau qui me laisse cependant un tantinet interrogatif, car sur leur album, à l'écoute des extraits de film entourant le titre, il semble clair qu'il fasse office de bande-son aux Tontons flingueurs. Or moi, ya rien à faire, mes neurones l'associent inexorablement à Ne nous fâchons pas (dans lequel Jean Lefevre, aka Leonard Michalon, se mange des claques en running gag, et les cadavres squattent à tour de rôle le coffre d'une R12 Gordini)..

Alors d'après vous.. Tontons flingueurs ? Ne nous fâchons pas ? autre ?...

 


phpMyVisites | Open source web analytics Statistics