C'est tout de même scandaleux de n'avoir pas encore réservé (dans une poêle couverte) de billet à ce magnifique, que dis-je ce succulent ouvrage qu'est "Never Mind ze cuizine" aux éditions Popote's not dead. Inutile de vous précipiter à la Rnac ou même chez votre libraire, ya pas de code beurre, c'est pas distribué. Quant à mon dealer adoré (du cul), il l'a pas en stock, et de toutes façons c'est pas exactement le genre de la maison de promouvoir l'alimentation d'origine animale. Car, oui, il faut le savoir, ami végétarien, tu ne trouveras guère ton bonheur dans le fascicule culinaire qui sert de sujet au présent article. Autant en abandonner de suite la lecture, cela ne ferait qu'aggraver l'ulcère qui déjà commence à titiller tes profondeurs stomacales. Les recettes de la cuizine qu'est pas dead ne sont pas végétariennes.

Ce préambule expédié, passons aux choses sérieuses. Tout commence par un avertissement en forme de notice : "Dans ce livre il n'y a pas d'index, il se mange au jour le jour... Il commence le 6 du mois, jour de chance, et se termine le 5 du mois suivant, jour de disette[...]".S'ensuit une préface de Schultz (yes madam, the guitarist chanteur of the mythic parabellum)(*), rapide mais sympathique. Puis, une fois les pré-requis validés ("1.Savoir lire[...]") et la signalétique apprise par coeur (ou pas), vous pouvez vous lancer la grande aventure de la gastronomie punke.

Comme le mentionnait l'avertissement sus-cité, c'est donc une trentaine de recettes allant de l'"Escalope de veau aux asperges" aux "pâtes à l'eau", en passant par le "poulet aux ananas" et le "boudin noir grillé aux pommes", qui vous permettront une dilapidation saine et joyeuse de votre budget, de la saint rémi à la saint peau d'balle. Chaque recette est onctueusement illustrée de subtils (!!) collages de dessins, photos, textes en tous genres dans la bonne vieille tradition webzinesque keuponne (tout en couleur heing, on se fout pas de votre gueule).

Et à titre d'exemple, et parce que sur leboblog on a peur de rien (pas même du feu), la FACPG (Fraction Armée Carte Postale Gourmande) a testé pour vous (enfin, surtout pour sa gueule, mais un peu de démagogie de temps à autre, ça égaye le quotidien).. euh.. laquelle, déjà.. ah ouais.. "Filet de cabillaud flambé au pastis" (que celui qui doute un seul instant que ce choix est le pur fruit du hasard me jette la première pierre) (non tout compte fait, gardez-les).
Bon la recette c'est celle-là (en dessous, là) (clique pour aggrandir).

Bon.. grosso merdo ça donne ça (ah zut j'ai oublié de prévenir ricard qu'ils avaient fait du placement de produit sur mon blog)..

Un peu de zique, en attendant que ça chauffe


Et quand ça flambe, ça fait floutch !

Légende musicale:


C'était super bon, donc c'est un très bon bouquin que je vous recommande chaudement. "Olive au fourneau, Pat au stylo, Pat aux ciseaux".. et pour commander ce précieux ouvrage, téléphonez ici : neverdmindzecuizine_ad_yahoo.fr (ou matez les tables de presse dans tous les bons concerts).

 

(*) Là aussi c'est triste pour les parab, ils avaient un chouette site web.. mais visiblement ils ne sont pas assez impliqués dans le milieu de l'alternatif et doivent se contenter (sauf erreur de ma part) d'un polluspace merdique (tautologie exutoire). Ya vraiment un putain de laisser aller dans le DIY en ce moment, j'exagère pas...